Le risque opérationnel se définit comme le risque résultant de l’inadéquation ou de la défaillance de processus internes, ou d’événements extérieurs, qui a, pourrait ou aurait pu entraîner une perte, un gain ou un manque à gagner (fraude, catastrophe naturelle, erreur humaine, défaillance informatique...).

  • La gestion du risque opérationnel s’inscrit dans un cadre fixé par la réglementation (en particulier le Comité de Bâle, la Capital Requirements Directive (CRD) et le Comité de la Réglementation Bancaire et Financière (CRBF 97-02 en France). Des exigences en fonds propres sont définies à ce titre dans le cadre du ratio de solvabilité.
  • Le dispositif de gestion du risque opérationnel est mis en œuvre dans tout le Groupe BNP Paribas et de façon proportionnée aux risques encourus.
  • La maîtrise du risque opérationnel, par sa connaissance et la mise en place de dispositif de contrôles adaptés, constitue un des enjeux majeurs du Groupe BNP Paribas. Elle implique tous les collaborateurs et est intégrée aux différents processus de décision.

Le cas particulier de la continuité d’activité

La continuité d’activité se définit comme l’ensemble des mesures permettant, en cas de crise et éventuellement de façon dégradée, d’assurer la permanence des activités et services essentiels ou importants, puis la reprise planifiée des activités.  Elle couvre, à la fois les aspects fonctionnels et la dimension informatique.

Le Groupe BNP Paribas a défini différentes solutions de continuité et de prévention, au regard de scénarios possibles de crise (destruction de bâtiment, catastrophes naturelles...) et de façon proportionnée aux risques encourus. Ces solutions doivent être régulièrement testées et couvrir les situations de chocs extrêmes, conformément aux dispositions réglementaires.